Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2013

Ne pas avoir de bouches

Ne pas avoir de bouches
Ne veut pas dire
Que nous n’avons rien à dire
Ce sont les oreilles qui déconnent

Ne pas avoir de bouches
Ne veut pas dire
Que nous n'avons pas faim
Nous ne voulons plus nous asseoir
Nous même en bout de table

Ne pas avoir de bouches
Ne nous empêche pas de crier
Que nous ne voulons plus
Etre si loin du reste du banquet

Ne pas avoir de bouches
Ne veut pas dire
Veut crier
Nous sommes vieux et sourds

-

Nous ne voulons plus être seuls
Assis tous ensemble
Et sourds
A s'en noyer

-

Ne pas avoir de bouches
Ne veut pas dire
Que nous n’avons que des silences à nous montrer
Nous avons des rires

Ne pas avoir de bouches
Peut n’a pas boire de vouche
De bois ne part veut ouche
Ne veut pas dire que nous ne savons pas parler

Nous sommes vieux et sourds
Nous n’avons jamais entendus
Le son de notre propre voix

Ne pas avoir de bouches
Ne veut pas dire
Que nous n’avons rien à dire
Qu’elles se taisent d’être pleines
Ou que les autres en ont une
Ils ont tout au plus des trous dans le bas du visage

Ne pas avoir de bouches
Ne veut pas dire
Ne pas pouvoir vomir
Sur les bouches

-

Ne pas avoir de bouches
Ne veut pas dire
Que nous n’avons rien à dire

Mais nous
Ne veut rien dire

 

 

Rentrée

Ca y est !
C’est enfin la rentrée.
Les papas et mamans sont contents.
Les enfants courent et rient et sont contents.
Et moi aussi j’ai mon cartable.
Et mes jouets et mes objets.
Mon seau et ma passoire pour faire du sable doux.
Mon sac est bien lourd et tout prêt.
Pour moi aussi jouer au grand mensonge.

Tu connais ?
« Qui se fait ce que croire que le tous le vouloir
Que le croire le dire vouloir le tous
Ce que le croire je dire
Que vouloir. »

Un truc comme ça.
Qui fait qu’on se fait tous croire.
Que les appétits sont comblés.
Que ça suffit.
Qu’il faut bien.
Que vivre.
Seulement.
Et qu’on a une idée.
Une idée plus ou moins bien.
Très claire.
Du sens du mot bien.

Dans mon cartable j’ai pris ma passoire moi aussi.
Et mon renonciomètre.
Pour nous passer tout doux.
À la moulinette.

Vil

Pardon peut être
De ne pas m’être
Servi de toi.
De ne pas avoir su.

Pardon peut être,
Tu es grande,
Et moi pour la première fois petit.
Blotti devant, 

J’ai bien senti derrière et autour
Le bourrelet,
Les bras et les seins,
Gros pour la première fois 

J’ai bien senti
La main dans les cuisses,
Et pardon peut être
De ne pas m’être servi 

De ce qui te grouille dessus,
Des bruits
Et de tous les recoins,
De tout ce qui te fait grande. 

-

Tu n’as rien pour plaire,
Ni le silence,
Ni l'obscurité,
Ni la solitude ,

Qui sont
Vérité,
Repos,
Et liberté. 

-

Pardon peut être
De ne pas m’être
Servi de toi.
Tu es pleine,

Et moi pour la peine,
Petit et autre,
Blotti
Dans le confort. 

Pardon peut être
De ne pas naître
De chacun de tes souffles,
Mais chaque pas en toi 

Te fait plus grande,
Plus riche et plus dense.
Alors non.
Déjà que 

Trop d'êtres te grouillent dedans.
Je leur suis dessous ou dessus,
C'est selon,
Mais je suis dedans.