Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2015

Nuit

On est restés devant l'ordi toute la nuit.
A compter les morts
A compter les fois
Où les journalistes se répétaient
Nous abreuvaient de mots

Toujours occuper
Toujours remplir
Priorité au direct
Ne pas prendre le temps de
Se laisser envahir
Par ce qu'il se passe

On est restés devant l'ordi toute la nuit
Parce qu'on en voulait de l'information
Savoir ce qu'il se passait
Sachant que
On voudrait plus rien entendre le lendemain
Qu'ensuite
On voudrait le silence 

En tournant la question dans tous les sens
On ne voyait pas comment passer ces jours à venir
Autrement que
Volets fermés
Portes closes
Yeux clos même
Eteignez-moi 

On est restés devant l'ordi toute la nuit
Et jusqu'à aujourd'hui je ne voulais pas parler
Parce que je sentais que les conneries
Qu'on dirait tous après ça
Seraient plus graves encore
Que 130 morts

On a pas l'habitude des morts
Nous
On connaît pas l'odeur de la poudre
On connait pas l'odeur du sang
On connaît pas l'odeur de la mort
Pauvres de nous
Alors 130 d'un coup

On se demandait quelle école
Forme les assassins
Quand c'est des gamins
On se demandait qui vend des kalashs
A des gamins de mon âge 

Et c'est bien tombé
Monsieur le président de la république s'est exprimé
Avec des mots
Plusieurs
Et il a dit à la fin
Vive la république
Vive la france
Ce qui est logique
Puisque c'est son travail

Monsieur le Président de la République
Sait qui sont les méchants et qui sont les gentils
Et c'est très pratique 

Il suffit de fermer tout
Les frontières
Et les yeux 

On ferait mieux
De fermer les bouches un peu
De laisser le silence se faire
Les mots
Se taire 

 

On est restés devant l'ordi toute la nuit
Puis les autres sont allés se coucher
Et je suis resté
Avec des images d'armes
D'explosions et de cadavres
Entre mes yeux et le plafond

J'étais presque jaloux
C'est encore une fois les plus cons
Qui ont la force d'agir
Pas les bons

Tellement ils sont désespérés
Ce sont les plus faibles
Qui sortent de leur tanière
Et qui tirent à tout va
Sur nos frères

J'étais presque jaloux
Du soleil qui se levait
Qui n'en avait rien à foutre
J'ai éteint l'ordi et j'ai attendu aujourd'hui

Des mots
Un peu
Pas trop

C'est sûrement pas la dernière
Fois
La dernière
Nuit
Où j'entends le mot guerre

C'est sûrement pas la dernière
Fois
La dernière
Nuit
Que je passe devant un ordi

Parce qu'il y a encore à écrire
Y a presque que ça à faire
Choisir
Les mots
Un peu
Pas trop

Il suffit d'ouvrir tout
Les paupières
Les frontières
Voir un peu plus que ce qu'on te montre
Comme un troisième oeil
Une deuxième bouche

Ecrire
Pour articuler ce qu'on dit pas
En tout cas pas avec des flingues
Pas avec des costards
Pas avec des bulletins de vote

Parler
Avec les mains
Et le cerveau

Articuler
Pour celui qui dit rien
Et qu'on écarte
Pour celui qu'on ignore
Et qu'on remarque
Le jour où il mord