Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/05/2015

Dedans

Dans les gares on pédale pour charger son portable
Dans les bars on déballe sa charge d'insupportable
Dans les trains on dénonce le dangereux intrus
Qui triche, on tranche net entre nous, je et tu

Dans les immeubles brillants on cherche le futur
Dans les livres on relègue le passé, les ordures
Dans les musées on croise quelques craintives âmes
Qui traînent, on y évite la vie et le vacarme

Dans les écoles on brade un ennui éternel
Dans les rues on bavarde les yeux dans les pixels
Dans les stades on déverse l'intense frustration
Qui sublime, on embaume l'homme dans la passion

Dans les chambres on étouffe des cris dans l'oreiller
Dans les cuisines on créée des prisons acceptées
Dans les asiles on range ceux qui ont l'esprit en cendres
Et dont les rires dérangent, on craint de les comprendre

Dans les cités on singe l'Amérique des clips
Dans les cervelles s'installent les pires stéréotypes
Dans les urnes on balance le droit de ne pas choisir
De ne pas être responsable, de ne pas être les pires

Dans les salons on crache sur le monde au dehors
Dans les télés on crache sur le peuple aux yeux morts
Et dans des cases très loin on résiste à cette merde
Qui ronge. Combien de peuples ont encore à y perdre ?

Les commentaires sont fermés.