Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2015

Quand la vidéo se finit

Quand la vidéo se finit l'écran devient tout noir et soudain c'est un miroir et c'est toi le sujet de la vidéo, ta gueule reflétée dans l'écran plat, plastique. 

Papa, c'est qui le monsieur au fond de la télé ? C'est toi, y a plus d'électricité, on nous l'a coupé. Pas grand chose de plus à dire que te montrer ta tête dans le rectangle qui fait tout, notre dernière fenêtre sur les autres. 
L'écran. La boîte plate où l'on se réfugie, tout le temps, quand il y a trop à voir, quand il faudrait penser, parler ou être seul face à soi, il y a le petit écran pour ça, celui qu'on caresse d'un doigt sans chercher quoique ce soit, juste regarder des vies ou déplacer des briques, garder le pouce collé pour figer un instant une image reçue, ou se remaquiller dans le reflet du petit écran noir qui est décidément très pratique. 
Pendant ce temps, derrière le petit écran noir il y a des messieurs en costard qui se frottent les mains. Tu te demandes pas grand chose, tu remarques pas grand chose, le nez dans ta petite boîte. Et eux ça les arrange, c'est eux qui te vendent toute la merde qui te fera mourir d'un cancer, la merde pas chère sur laquelle tu es content d'économiser. Ces messieurs vivent sur ta faiblesse et ta pauvreté, sur ta bêtise aussi, sur le confort abasourdi dans lequel ils t'ont assis. 
Papa, c'est qui le monsieur au fond de la télé ? C'est un gentil monsieur qui ne veut que ton bien. C'est un peu toi aussi, le monsieur au fond de la télé n'a qu'à te dire ce qu'est la liberté pour que tu la défendes bec et ongles. 
Papa c'est quoi la liberté ? 
La liberté c'est le supermarché, regarde ce choix, regarde toutes ces couleurs et toutes ces possibilités ! Regarde comme ta mère est belle dans sa guêpière Lidl ! Regarde autour de toi tous ces objets qui font la fête, c'est bien, c'est beau, c'est beau chéri, y a des gens qui sont morts pour cette liberté ! Alors il faut se battre pour la garder ! 
Liberté de gagner du temps pour le perdre sur un tout petit écran noir, liberté de choisir les produits qu'on achète et par quel trou nous prendra la bête ! 
Papa c'est qui le monsieur au fond des écrans ! C'est la bête ! Le grand monstre ! Le grand méchant, le loup, il nous dévore ! Il a faim ? Oui ! Toujours ! Toi t'as faim ? Oui ! Toujours ! Mais on vient de manger. Toujours faim, toujours manger et se remplir parce que ça fait plaisir puis se refaire l'histoire en en parlant après, manger manger se remplir exister le raconter sur un petit écran noir se prendre en photo prendre son repas en photo et en parler parler pour ne rien dire pour ne pas évoquer ce qui est plus lourd à débattre que mayo ou ketchup sur les frites MacMoncul cuites dans l'huile et le pus tirés de plaies toutes fraîches d'enfants soldats au Tchad mais bon qu'est-ce qu'on peut y faire ? Quand j'aurai un char dans mon lit, ou quand je n'aurai plus de jambes, j'irai gueuler un peu. Il n'y a pas d'ascenseurs aux arrêts République et Sens commun. 
Papa, pourquoi t'es relou ? T'es jamais content, tu râles tout le temps. Le monsieur derrière la télé il me parle, il est fort, il est courageux, il m'a dit que c'était facile de gagner de l'argent, qui fallait faire n'importe quoi dedans la télé, et qu'après c'était très bien. C'était très beau.

Les commentaires sont fermés.