Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2014

Sarajevo

Être un chien à Sarajevo
Être soûl à Sarajevo
Être un chien soûl à Sarajevo
Être un élément d'une meute sauvage
Et la nuit
Prendre le contrôle de la ville

Faire peur aux filles
Faire peur aux passants
Faire peur aux filles qui passent
Et qui ne te voient pas
Et qui la nuit prennent des photos où tu t'incrustes, noir

Sans le vouloir
Tu es sur des milliers de photos
Inutiles
Qui circulent
Dans les portables
Et les câbles
Et les ondes

Partout dans l'air
Il y a un toi parallèle
Un toi-chien noir qui vit une vie parallèle
En arrière-plan des gens

-

Regarde les gens, tu vois ? Regarde les gens vieillir, regarde comment tu sais ce qu'ils sont dans la vie en une demie-minute de visage. Tu vois leur potentiel ? Souvent c'est négligeable. Regarde lui, c'est juste encore un. Elle, c'est pas grand-chose. Tu vois sa tête quand elle sera vieille ? Fine et ridée au grand nez, sourire à moitié fermé. Regarde tout autour les filles auxquelles on n'offre rien, pas de rire, et l'attente, et qui n'osent pas prendre par elles-mêmes. Regarde les silences, les vacances. Tu vois l'absence ?

Regarde les gens pas vraiment se demander ce qu'ils foutent là. Regarde, tu vois des choix ? Moi je vois rien, je vois des lois et des routes, des autoroutes obligatoires, et pas de champs autour. De la musique partout, du bruit, des couleurs, des choses, du plastique, pour tout remplir.

Regarde. Enfile des entonnoirs dans les bouches et les culs des touristes et plastique en fusion en dedans, en dehors. Remplis tous les espaces ! Et le temps ! Pas de vacance en vacances.

Les commentaires sont fermés.